• Accueil
  • > Cinema/Arts
  • > Le revenu inconditionnel de citoyenneté, source d’une société nouvelle


Le revenu inconditionnel de citoyenneté, source d’une société nouvelle

Bonjour, bonjour, petit peuple du web!

Je viens aujourd’hui vous parler d’une idée folle qui m’est parvenue aux oreilles. J’avais vaguement entendu, lors de manifestations (Eh oui, les retraites…), des personnes réclamer un revenu inconditionnel d’existence. Je n’y ait pas plus que ça prêté attention, puis, en lisant les commentaires d’un article de Rue89, j’ai découvert cette incroyable idée. Je viens, moi, anti-capitaliste convaincue, de me voir forcée d’admettre qu’une société plus juste et bien plus humaine est possible, sans rejeter le capitalisme. Redécouvrir les valeurs morales, sans toucher aux valeurs boursières, c’est un défi à relever. Me voilà même en train d’admettre que le revenu inconditionnel est bien plus accessible que mes rêves de révolution ne pourrons jamais l’être. Le revenu de base consisterais en un revenu automatique, suffisant pour vivre (équivalent du SMIC), délivré sans condition, ni d’emploi, ni de revenu, du berceau à la tombe. Attention en revanche à ne modifier aucun de ces critères, sans quoi rien ne marche plus. Au début, j’ai faillit rire, et puis, malgré tout, je me suis penchée sérieusement sur le sujet, me laissant convaincre un peu plus à chaque mot. Je ne peux que vous faire un résumé de ce que j’en ai retenu, et, bien sûr, vous délivrer mes sources et vous inviter à ouvrir un débat en commentaires.

Bien évidemment, le premier argument qui va contre cette initiative, c’est la question du financement. Impossible me direz-vous? Eh bien non, des économistes ont trouvé un financement possible, et simple. Bien sûr, je ne suis pas économiste, et je ne peux vous le détailler, mais il s’agirait de remplacer les cotisations prélevées sur les salaires par la taxe sur la valeur ajoutée. Ce qui veux dire, qu’au lieu de taxer le producteur, on taxe le consommateur, donc selon vos revenus (les salaires se superposent à ce revenu de base), et selon votre consommation, vous payerez plus ou moins d’impôts. J’en viens au deuxième problème soulevé, 80% des gens interrogés pensent que personne ne travaillerait plus si le besoin n’était plus là. Or, les sondages affirment que 60% d’entre eux continueraient à travailler exactement de la même manière, d’autres ne travailleraient plus qu’à mi-temps, ce qui aux vues du fait qu’il n’y a plus assez de travail disponible pour tous les actifs ne pose pas de problème, certains reprendraient des études et d’autres développeraient des activités bénévoles, artistiques, ou autre, utiles à la société, mais qui en l’absence de rémunération n’ont pas été envisageables jusque là. Et puis, si le revenu de base permet de vivre, il n’est pas non plus très important, et le désir (et non le besoin) de travailler sera donc encore présent.
Notons que, même de farouches capitalistes se sont prononcés favorables à ce projet, puisqu’il relancerait l’économie grâce à la hausse du pouvoir d’achat. Et puis, évidemment cela changerait le rapport au travail, qui aliène les hommes, qui y sont enchainés, et ne vivent pas mais survivent. Notre société, sous sa forme actuelle, dis « celui qui ne travaille pas, celui qui n’a pas de salaire, ne mange pas ». Le travail est perçu comme la condition sine qua non de la construction de l’individu et de sa dignité, ce qui écrase les rêves humains, et met d’entrée de jeu une pression incroyable sur les épaules des jeunes, empêchant de prendre le temps de trouver sa place idéale dans la société. Le revenu de base prouve qu’il n’y a pas d’être surnuméraire, que chacun est ici à sa place, et rend leurs dignités à ceux que l’on traite d’assistés, car ils cherchent du travail en vain ou encore ne peuvent travailler à cause de leur santé. Le revenu de base éradique la misère, et rend chaque homme bien plus libre, libre de prendre le temps de penser, de choisir de se réaliser au travers d’activités qu’il n’aurait pas pu envisager car bien trop enchainé au travail. Notons aussi, que dans une société plus juste, où l’homme est libéré d’un poids, et de l’image du travail nécessaire, perçu désormais comme l’outil de l’accomplissement de soi, les gains de productivité par employé seront bien supérieurs.

La précarité ne serait plus qu’un mauvais souvenir, et bien des problèmes seraient réglés. Par exemple, les « banlieues » (ce mot me gêne, mais il n’en est pas d’autre qui exprime cela sans risquer de faire dériver le débat) retrouveraient certainement une vie et une dignité. Les jeunes bénéficieraient d’un nouvel espoir, de nouvelles possibilités. Certains reprendraient des études, certains lanceraient des projets constructifs, en tout cas l’avenir ne serait plus une tache noire au milieu de l’écran, et cela change tout. Et puis d’ailleurs je parle des jeunes de banlieues, mais tous sont dans le même cas, une étude publiée cette semaine déclare que 50% des 18/25ans sont victimes de troubles psychologiques. Notre société ne serait-t-elle pas juste en mal d’avenir? Le revenu de base apparait ici comme un bol d’air pour chaque citoyen qui souffre de ce climat de dépendance au travail rémunéré. En parlant d’air, le film qui m’a permis de mieux comprendre cette idée de la dernière chance, s’ouvre sur cette citation: « Un revenu, c’est comme l’air sous l’aile de l’oiseau ». Je n’ajoute rien, tout est dit dans cette phrase.

Je vous invite à regarder ce film, « Revenu de base, une impulsion culturelle ». Cela vaut vraiment le détour, et, outre la présentation du revenu de base, il dresse un réel bilan de notre société, prend le contre-pied d’idées arrêtées, amène à réfléchir et surprend là où l’on aime pas trop regarder. En voici le lien de téléchargement gratuit et légal, ou bien vous pouvez le regarder en streaming ici. Enfin, plus rapide et plus concret, voici un article qui explique (en de biens meilleurs termes que je ne le fais) le revenu de base.

 

Voilà, je publie cet article tel quel, mais n’ai pas encore eu le temps de le corriger (et les fautes d’orthographe sont mon fléau…), je vous invite à ne pas être trop regardants pour l’instant sur mes nombreuses fautes, et bien sûr à partager vos avis sur le sujet.

à bientôt,

Personne

0 commentaire à “Le revenu inconditionnel de citoyenneté, source d’une société nouvelle”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



homosexualiteethomoparentalite |
misoprostolfr |
paroxetinefr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...