Page d'archive 2

Besoin d’air pur?

Voilà un petit morceau de bonheur et de sérénité qui se passera de mes commentaires. =)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Gianni Motti ou l’Art « d’être au bon moment au mauvais endroit »

A droite, Gianni Motti, à Gauche, Joseph Farine, et des enfants albanais, sur le cliché d'un carton d'invitation à une exposition de 1994

A gauche, Joseph farine, à droite, Gianni Motti, et des enfants albanais, sur le cliché d’un carton d’invitation à une exposition de 1994.

 

 

Gianni Motti, l’artiste de la réalité! Un homme qui ne recule devant aucun risque, aucune concession, pour apposer sa marque à l’actualité, et proposer toujours de nouveaux angles de réflexion. Il n’a ainsi pas hésité à revendiquer un tremblement de terre californien en 1992, à la façon d’un terroriste. Il se permet de remplacer à pied levé un délégué indonésien, au sein d’une conférence de l’ONU, lors de laquelle il tiendra à ses confrères d’un jour un discours, en faveur des minorités ethniques, si imposant, que convaincus, plusieurs d’entre eux quitterons avec lui l’hémicycle en signe de protestation. La plupart de ses oeuvres sont éphémères, elles s’inscrivent dans le présent puis disparaissent avec lui. Il suit son crédo du « tout est Art », et pose la question de la place de cet Art, de la place de l’Art engagé et de l’engagement tout court dans notre société. Sa plus grande réussite est probablement l’accession au rang rare, prestigieux et mérité d’épine dans le pied d’un système qui se veut sans faille. L’unique but de cet article est de saluer son génie, et de lui adresser un grand « merci ».

 

Source: plan-neuf.com

La rue Kétanou, Maître Corbeau (à contresens!)

Quoi de meilleur que de penser et de se faire plaisir en même temps? Chut! Ca commence!

Image de prévisualisation YouTube

Bienvenue Chez Personne!


Aujourd’hui, j’avais pourtant bien prévu d’aller en cours. Mais voilà, je m’étais installée sur un banc pour savourer mon éternelle cigarette du matin, avant de rejoindre ma salle. Et puis je les ai vu! Là! Partout! Autour de moi! J’ai pris conscience de tout ce petit monde qui fourmillait. Alors je suis restée sur mon banc et j’ai contemplé ce défilé incessant. J’ai donc observé les gens, leurs attitudes, leurs codes vestimentaires, leur façon de se dévisager les uns les autres… Et j’ai compris! J’ai compris que ce sentiment était fondé, celui que j’ai toujours eu, celui de ne pas appartenir à ce monde, de n’être qu’une sorte d’auditeur libre, d’observateur extérieur.C’est là que l’idée m’est venue, ces sentiments étranges, ces réflexions et observations que je porte sur ce monde, il fallait que je les partage. Alors je vous ai choisi VOUS, petit peuple du web, pour vous exposer ma vision quelques peu atypique de notre société. Vous verrez donc ici de petites réflexions, mais aussi des liens, des vidéos, des musiques, qui servent l’intérêt de la vision décalée de ce blog. Je ne suis personne, mais une personne qui pense, bien ou mal, à vous d’en juger! Vos commentaires sont les bienvenus… Enjoy!

 

à bientôt,

Personne

Kash Prex ou le rap libertaire

 

Kash Prex ou le rap libertaire anarchie

 

Aujourd’hui, je tiens à vous présenter un ami artiste, qui a un talent fou. Des textes souvent très noirs et engagés, qui décrivent une réalité glacée, des instrus qui portent à leur paroxysme chaque parole et chaque sentiment. Chaque morceau est unique et vaut bien qu’on s’y arrête. Un auteur hors normes, qui va bien au-delà des clichés qu’une description comme celle-ci pourrait laisser supposer. D’ailleurs, je me tais, et vous laisse vous faire votre propre idée…

 

C’est par ici…

 

 

à bientôt,

Personne

Le revenu inconditionnel de citoyenneté, source d’une société nouvelle

Bonjour, bonjour, petit peuple du web!

Je viens aujourd’hui vous parler d’une idée folle qui m’est parvenue aux oreilles. J’avais vaguement entendu, lors de manifestations (Eh oui, les retraites…), des personnes réclamer un revenu inconditionnel d’existence. Je n’y ait pas plus que ça prêté attention, puis, en lisant les commentaires d’un article de Rue89, j’ai découvert cette incroyable idée. Je viens, moi, anti-capitaliste convaincue, de me voir forcée d’admettre qu’une société plus juste et bien plus humaine est possible, sans rejeter le capitalisme. Redécouvrir les valeurs morales, sans toucher aux valeurs boursières, c’est un défi à relever. Me voilà même en train d’admettre que le revenu inconditionnel est bien plus accessible que mes rêves de révolution ne pourrons jamais l’être. Le revenu de base consisterais en un revenu automatique, suffisant pour vivre (équivalent du SMIC), délivré sans condition, ni d’emploi, ni de revenu, du berceau à la tombe. Attention en revanche à ne modifier aucun de ces critères, sans quoi rien ne marche plus. Au début, j’ai faillit rire, et puis, malgré tout, je me suis penchée sérieusement sur le sujet, me laissant convaincre un peu plus à chaque mot. Je ne peux que vous faire un résumé de ce que j’en ai retenu, et, bien sûr, vous délivrer mes sources et vous inviter à ouvrir un débat en commentaires.

Poursuivre la lecture ‘Le revenu inconditionnel de citoyenneté, source d’une société nouvelle’

La belle verte

Un film qui invite à la réflexion sur notre société et nos valeurs. Si certaines idées peuvent être discutables, l’histoire est joliment ficelée. En voici un extrait. J’invite ceux qui l’aurons vu à laisser un commentaire, pour partager nos réactions. De la même façon que les européens ont découvert les civilisations américaines au 16ème siècle, une civilisation humaine, développée depuis longtemps sur une autre planète débarque et donne son point de vue sur nos nombreux retards de développement. « Vous vous rendez compte? Ils utilisent encore l’argent! Et là-bas, si tu n’as pas d’argent, tu ne manges pas… »

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conformisme et intolérance

Qu’on l’appelle conformisme, ou même panurgisme, nous avons tous mangé à diverses sauces de ce phénomène. Le conformisme, c’est la tendance selon laquelle les individus d’un même groupe répondent aux mêmes codes. Et des codes il y en a! Tout est normalisé, des vêtements, à la coiffure, en passant par le langage, le comportement, les opinions, et même les passions. Mais à qui se conforme-t-on? à nos amis? aux moeurs, aux diktats d’une société que l’on a pas choisi? à ce que l’autorité attends de nous? à ce que l’on nous à appris à être? à ce que la publicité nous a appris à être? En tout cas rarement à notre propre volonté, à notre propre individualité, qui est, elle, écrasée par ces normes. Beaucoup de gens se répudient eux-mêmes, pour entrer dans le moule, mais alors pourquoi un tel sacrifice? Ne pas être conforme, alors c’est ne pas être normal? C’est être un déchet? Une erreur de fabrication? Ou peut-être est-ce simplement être différent. Notre sacro-sainte société des droits de l’homme, de l’égalité et de la fraternité considèrerait-t-elle simplement la différence comme une erreur, un problème à éradiquer? Alors face à cette intolérance, on prend peur n’est-ce pas? On devient même intolérant avec soi-même, puis avec les autres. Exclure ou être exclu n’est-ce pas? Cette triste loi qui régit désormais notre société me donne des frissons… Le principal de nos problèmes aujourd’hui est tout simplement une question d’intolérance, et rares sont ceux qui y résistent malheureusement. Ca m’attriste, ce manque d’originalité, ces barrières que l’on doit s’imposer, ces envies qu’il nous faut refouler… 

12


homosexualiteethomoparentalite |
misoprostolfr |
paroxetinefr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...